Connect with us

Procès en cour : Quand le « Turnbull guidelines » exonère l’accusé

cour supreme
Cour suprême - Photo: Patricia Menelas

Actualité

Procès en cour : Quand le « Turnbull guidelines » exonère l’accusé

Prev1 of 2
Use your ← → (arrow) keys to browse

Procès en cour : Quand le « Turnbull guidelines » exonère l’accusé

Les « Turnbull Guidelines » ne vous disent certainement rien. En Cour, ils sont souvent appliqués lorsque le témoin n’arrive pas à convaincre sur l’identification d’un accusé. Le récent jugement du magistrat, K. Moorghen, mérite qu’on s’y attarde pour mieux comprendre ce terme légal.

En Cour de District de Moka, Satiaven Perian était poursuivi par la police après qu’un planteur de Nouvelle Découverte, M. Burkatally, ait affirmé l’avoir vu dans son champ aux alentours de 02h45 le 6 février 2015. Le constable Jearuth a confirmé que le même jour, il avait accompagné le planteur sur les lieux où il avait vu des plantes déracinées.

Dans sa déposition, M. Burkatally avait indiqué qu’il était accompagné de sa fille dans un camion lorsque l’éclairage des phares lui ont permis de reconnaître l’accusé. Ce dernier se trouvait à 20 mètres de lui et s’est enfui par la suite. Le planteur reconnaît qu’il n’a eu que quatre à cinq secondes pour l’apercevoir.

L’accusé « Satiaven Perian » a, lui, de tout temps plaidé non-coupable des faits qui lui sont reprochés. Il dit qu’il était en train de dormir à la maison ce 6 février et que le planteur s’est trompé de personne.

Après avoir écouté les arguments du planteur et la défense de l’accusé, le magistrat a décidé d’appliquer le « Turnbull Guidelines ».

Dans son ruling, il écrit: «  It is trite law that when an issue of mistaken identification has been raised, (RE: PONNOO VS THE STATE (1990) SCJ 28 & RE: PARBHOONATH v THE QUEEN (1982 MR 54), the evidence at hand should be analysed with caution and I have therefore deemed it fit to give myself a warning in relation to the quality of the identification and to apply the Turnbull guidelines (RE: TURNBULL [1977 QB 224] as follows:

(i) When the case against an accused depends wholly or substantially on the correctness of one or more identifications which the defence alleges to be mistaken, the trial Magistrate should warn himself of the special need for caution before convicting the accused in reliance on the correctness of the identification or identifications. He should also be mindful that a mistaken witness can be a convincing one and that a number of such witnesses can all be mistaken.

(ii) The trial Magistrate should examine closely the circumstances in which the identification by each witness came to be made (length of observation, distance, light etc.) and should direct his attention to any specific weaknesses in the identification evidence.

(iii) Even when a witness is purporting to recognise someone whom he knows, the trial Magistrate should be mindful that mistakes in recognition of close relatives and friends are sometimes made (in circumstances favourable to mistakes).

(iv) When the quality of the identifying evidence is poor, as for example when it depends solely on a fleeting glance or on a longer observation made in difficult conditions, the trial Magistrate should acquit the accused unless there is other evidence which goes to support the correctness of the identification. »

Prev1 of 2
Use your ← → (arrow) keys to browse

Continue Reading
You may also like...

More in Actualité

To Top