Connect with us

Air Mauritius: Du Piper PA-31 Navajo à Airbus A350…50 ans déjà!

Actualité

Air Mauritius: Du Piper PA-31 Navajo à Airbus A350…50 ans déjà!

Air Mauritius: Du Piper PA-31 Navajo à Airbus A350…50 ans déjà!

Prev1 of 2
Use your ← → (arrow) keys to browse

Mesdames et messieurs, attachez vos ceintures ! Air Mauritius vous embarque pour un vol dans le temps. Un vol  exceptionnel d’une compagnie qui peut se vanter d’avoir connecté une petite île à toute la planète… en tout juste 50 ans.

Air Mauritius, c’est avant tout un homme, un visionnaire. Il l’a vu venir du ciel. Son nom, Amédée Maingard, entrepreneur. En compagnie de feu Sir Seewoosagur Ramgoolam, le puzzle prend place. C’était le 14 juin 1967, quelques mois avant l’Indépendance. Les deux hommes avaient la même vision. Si l’île Maurice devait se développer, elle devait être liée aux autres sociétés, aux marchés et aux économies du monde entier.

Grâce à la compagnie Air France, British Overseas Airways Corporation, Rogers and Co et l’Etat. Amédée Maingard devient le premier président et directeur général d’Air Mauritius en 1967. Au cours des cinq premières années de son existence, les activités se résumaient à des services d’assistance au sol.

Les vols sont opérés conjointement avec Air France, Air India et British Airways. En 1972, la compagnie a loué un bimoteur de six places, un Piper PA-31 Navajo, qui appartenait alors à Air Madagascar. En août 1972, l’appareil flanque des couleurs d’Air Mauritius effectue le premier vol à destination de Rodrigues. À partir de là, ça va prendre de l’altitude. Un Vickers Super VC10 est loué de la BOAC (British Overseas Airways Corporation) pour le premier vol longue portée. Londres ne pouvait ne pas être la première destination via la capitale kenyane, Nairobi, plaque tournante du continent à l’époque. Air India apportait pour sa part sa contribution pour connecter la Grande Péninsule au pays.

Le Twin Otter, le début d’une belle histoire

1975. Soit 8 ans plus tard, la compagnie se débarrasse du PA-31 Navajo et le remplace par le Twin Otter de 16 places. Quelque temps après, un Boeing 707-400 de la British Airtours vient en support pour être rejoint par un deuxième twin otter, deux autres boeings.Sous l’impulsion de Sir Harry Tirvengadum, qui a succédé à Amédée Maingard en 1978, la deuxième phase du développement est enclenchée.

Avril 1980. Le gouvernement mauricien devient l’actionnaire majoritaire de la compagnie.

Un Boeing 707-320B qui appartenait précédemment à South African Airways est acquis. C’est ce qui l’a permis de lancer les vols vers Durban et Johannesburg et de commencer à commercialiser, avec Air Madagascar, les routes suivantes: Tananarive-Maurice-Comores-Nairobi et Réunion-Rodrigues. Les efforts consentis par les actionnaires permettent d’étendre le réseau européen. En 1984, Air Mauritius atterrit aussi à Rome, Zurich et Paris.

ATR 42: aller un peu plus loin !

18 ans après sa création, la flotte est composée de deux Boeing 707, un Boeing 737, un Boeing 747 et un Twin Otter. Un service hebdomadaire vers Singapour est aussi ajouté à leur réseau de lignes et en juin 1985, Air Mauritius devient membre de l’association des compagnies aériennes africaines. 1985 fut également l’année de l’acquisition de son tout premier hélicoptère, un Bell 206 Jet Ranger.

Après les élections de 1983 et le boom économique qui s’en suivit sous le régime Sir Anerood Jugnauth, Air Mauritius ne pouvait ne pas répondre aux attentes du pays. Un autre Boeing 747 SP, le Chateau de Mon Plaisir tel qu’on le connaît, est loué. Ce qui marque aussi la fin du Boeing 707. Air Mauritius va profiter de la crise qui plonge l’Afrique du Sud dans l’apartheid et qui vit la suspension de ses vols vers l’Australie, pour devenir un corridor pour les hommes d’affaires. En 1988, deux Boeing 767-200 sont acquis. Ils prennent le nom de City of Port Louis et City of Curepipe. Durant la même année, le service cargo est proposé grâce à la location d’un Boeing 707 de Air Swazi Cargo. Entre 1988 et 1989, les deux Twin Otters sont remplacés par deux ATR-42.

Le sourire de nos hôtesses, notre marque de fabrique…

Tout va aller vite à partir de là. Air Mauritius touche 18 destinations et un vol vers Perth est inauguré en décembre 1991. Mieux encore, elle est la première compagnie aérienne de l’hémisphère sud à voler un Airbus A340 qui fut appelé « Paille-en-Queue », puis avec un second appelé « Pink Pigeon », tous deux achetés directement auprès d’Airbus en 1994. Ces deux nouveaux appareils ont éventuellement permis à Air Mauritius de renforcer sa réputation en tant que transporteur international de première classe. Un troisième A340, nommé « Kestrel » fut livré en 1995. À cette époque les nouvelles lignes avaient déjà été lancées vers Bruxelles et Cape Town.

Prev1 of 2
Use your ← → (arrow) keys to browse

More in Actualité

To Top
X