Connect with us

Hand Spinner : La vente explose, les alertes de risque se multiplient

Actualité

Hand Spinner : La vente explose, les alertes de risque se multiplient

Hand Spinner : La vente explose, les alertes de risque se multiplient

Hand Spinner : La vente explose, les alertes de risque se multiplient

Le hand spinner est le nouveau jeu à la mode. Même si à l’origine, il a été conçu pour calmer les enfants angoissés, le hand spinner est devenu très populaire et a envahi les cours de récréation. Le seul hic, c’est ce qu’il serait dangereux, selon des vidéos postées sur les réseaux sociaux.
Ces vidéos montrent que de petites pièces du spinner peuvent facilement se détacher et blesser l’utilisateur. Même si à Maurice aucun cas n’a été détecté, en Australie un enfant de 11 ans a failli perdre un œil en jouant avec son spinner. Le jouet l’a heurté au visage et il a eu une coupure à un mètre de l’œil. Autre cas recensé, en Amérique, une fille de 10 ans s’est étouffée après avoir avalé involontairement l’une des trois petites billes présentes dans le gadget.
De plus, il serait une source de distraction et de non de concentration. Contacté par la rédaction, le pédagogue Jimmy Harmon, avance que tout jeu a un risque. Venant tout juste de découvrir le spinner, il ne s’est pas toujours pas fait une opinion concrète sur ce jeu, mais avance que, comme tout autre jouet, il existe des dangers.
Pour éviter d’accidents, acheter seulement des hands spinners étiquetés CE (Certifie Européen). Ce label est obligatoire, car il certifie que le jeu est conforme au mode de fabrication. Vérifier que le jouet est solide et aucune des pièces ne se détache facilement. Respecter les consignes d’utilisation, et ne surtout pas laisser un enfant de moins de 3 ans jouer avec un hand spinner.

À Maurice, la vente est en train d’exploser. Un spinner coute environ Rs 125 à Rs 800 dépendant de la matière, de la couleur et des fonctions que possède le jouet. Les Spinner sont déjà certifies par leur pays d’origine aux normes internationales. Un certificat qui autorise la vente de ces jouets sur le marché local. C’est du moins ce que Le Point a appris d’un responsable de la Mauritius Revenue Authority. N’empêche que la MRA a un droit de regard sur ce genre de jouet.

Continue Reading

More in Actualité

To Top