Connect with us

  Vincent Toi, réalisateur mauricien, présente ‘I’ve seen the unicorn’

Actualité

  Vincent Toi, réalisateur mauricien, présente ‘I’ve seen the unicorn’

  Vincent Toi, réalisateur mauricien, présente ‘I’ve seen the unicorn’

  Vincent Toi, réalisateur mauricien, présente ‘I’ve seen the unicorn’

Vincent W.T Toi a quitté son Ile natale en 2002. 15 ans plus tard, ce réalisateur est de retour sur son ile natale pour la diffusion de son film,  ‘I’ve seen the unicorn’. Un documentaire 100% mauricien et qui sera diffusé pour la première fois dans nos salles obscures.

Âgé de 35 ans, Vincent Toi est un Mauricien établi à Montréal, au Canada. Passionné de la cinématographie, il choisit d’en faire son métier. Il est détenteur d’un degré dans la production de film de l’Université Concordia de Montréal et un diplôme en ‘design’ de Toronto. Actuellement, ce fils du sol est le directeur artistique de deux grandes institutions d’art au Canada : le Centre de Phi et la Fondation DHC D’ART pour l’art contemporain.

En 2012, Vincent était venu à Maurice pour le tournage d’un film sur la vie d’un palefrenier, Alvinio Roy qui, à cette époque, rêvait de devenir jockey professionnel. Le documentaire est intitulé ‘I’ve seen the unicorn’ et sa diffusion est la raison de son séjour à Maurice. C’est un documentaire qui raconte le parcours d’Alvinio Roy,  la vie autour de la course de chevaux et de la Maiden Cup, le plus grand événement hippique de l’île. En somme, le film parle du post-colonialisme à travers divers caractères, dont les rêves d’Alivinio Roy.

Deux projections prévues

Deux représentations sont prévues pour le film, dont la première se tiendra le vendredi 18 aout 2017 à 19h à G.R.N.O au Fimkilb. La deuxième projection aura lieu le vendredi 25 aout 2017 lors de la fête de la cité au Café du Vieux Conseil. Pour finir, il y aura une causerie de Tristan Bréville au musée de photographie à Port Louis et probablement la diffusion de la toute dernière réalisation de Vincent, ‘The crying conch’. Ce jour-là, le dernier nommé va évoquer les 120 ans du théâtre de Port-Louis, d’où s’est tenue la première projection du film à Maurice.

Il faut savoir que ‘I’ve seen the unicorn’ va être diffusé la première fois sur l’ile et que les images sont inspirées de faits réels. Et pourtant le documentaire a déjà fait le tour du monde et sacré au festival documentaire de  Hotdocs en 2014 à Toronto et a aussi été primé au Chicago Film festival, en France, en passant par le Portugal. Le message qu’il a voulu faire passer à travers ce film c’est ” enn dimoun li kapav sorti kelkpart et vole a enn lot et évoluer, réussir.  A traver le film osi montre le coming of age of the island of Mauritius”.

Centre d’intéret : la colonisation

Vincent Toi aborde surtout dans ses réalisations la colonisation. Son intérêt c’est surtout ses racines mauriciennes, exemple concret du pays colonisé. D’ailleurs, c’est le sujet de son tout dernier film ‘The crying conch’ qui parle de Mackandal, un légendaire esclave d’Haïti. La colonisation est un sujet qui l’a toujours intéressé « akoz mo morisien sa ti interes moi ek intrigue moi a fer bann recherche en profonder », confie-t-il. Son but derrière la réalisation de ‘The crying conch’, « c’est de faire des études sur Haïti. Pourquoi ils ont tant de mal à sortir dans leur état actuellement et de leurs difficultés quotidiennes».

Vincent Toi a cinq films à son actif et qui sont : This subject is hair, Paper Wings, Frame, I’ve seen the unicorn et The crying conch. Tous ont été réalisés en collaboration avec l’Organisation internationale Francophone, le CAC ou encore CALQ (Conseil des Arts et des Lettres du Québec). Son industrie du cinéma vit principalement des grands festivals du monde. Un de ses films a été diffusé au Berlinale, équivalent du Festival de Canne.

 

Continue Reading

More in Actualité

To Top