Connect with us

Delhi : Après avoir été violée, une fille de 5 ans essaye de laver ses vêtements tâchés de sang

Monde

Delhi : Après avoir été violée, une fille de 5 ans essaye de laver ses vêtements tâchés de sang

Delhi : Après avoir été violée, une fille de 5 ans essaye de laver ses vêtements tâchés de sang

Samedi 9 septembre, c’était la première fois en cinq mois que l’enfant de cinq ans refusait de déjeuner avec son père après son retour de l’école. L’enfant, habituellement pétillante, refusait de prononcer un mot, malgré le cajolage de ses parents, ce qui leur faisait croire qu’elle avait de la fièvre. Il s’est avéré qu’elle cherchait une chance de se glisser tranquillement dans la salle de bain. Il s’est avéré que leur fille avait été violée, prétendument par un membre de son école à Gandhi Nagar, et cherchait un moyen de laver les taches de sang sur ses vêtements.

« J’ai vu ma fille se laver les vêtements avec frénésie. C’était un comportement très inhabituel, alors je suis entrée dans la salle de bain pour vérifier. J’ai vu des taches de sang sur ses vêtements et de l’eau ensanglantée sur le sol de la salle de bain. J’ai vérifié plus loin et c’est là que je me suis rendue compte qu’elle avait été violée », raconte la mère de la jeune fille.

Selon l’enfant, elle avait signalé l’abus à l’une de ses enseignantes immédiatement après avoir réussi à sortir d’une pièce où elle avait été violée par le suspect âgé de 40 ans, Vikas Jaiswal.

Vikas Jaiswal, le violeur de la petite de 5 ans.

Elle allègue qu’elle a mentionné que « l’oncle l’avait battue en mettant ses doigts ‘en bas’ ». Mais l’enseignante aurait ri de la plainte et aurait dit qu’elle s’occupera de « l’oncle » plus tard.

Les parents allèguent en outre que lorsque l’enfant a été emmené à l’hôpital Chacha Nehru Bal Chitiksalaya, la même enseignante se serait présentée et aurait demandé la permission de parler en privé avec l’enfant. L’institutrice lui a ensuite offert des chocolats pour tenter de faire taire l’affaire. L’enseignante a toutefois nié les allégations et a affirmé que la jeune fille ne l’avait même pas approchée.

La jeune fille a été admise à l’hôpital de Lok Nayak le samedi soir avant d’être libérée le dimanche après-midi. Bien qu’elle soit stable, elle est très traumatisée de se faire bander les parties intimes toutes les trois heures.

More in Monde

To Top