Connect with us

Sommes-nous tous des hypocrites?

Blog

Sommes-nous tous des hypocrites?

Sommes-nous tous des hypocrites?

Le 17 décembre. Alors que l’ensemble de la population entrera dans la frénésie d’achat de Noël et de fin d’année, les électeurs de Belle Rose /Quatre Bornes – à moins qu’ils ne décident de s’abstenir en masse – seront dans le tourbillon politique. Ils vont devoir choisir le remplaçant du candidat démissionnaire, Roshi Bhadain à l’Assemblée nationale. En dépit des Rs 15 millions que cela coûtera au denier public et les autres millions qu’injecteront les bailleurs de fonds des parties, cette partielle aura à nos yeux une importance capitale, car elle décidera des options politiques des années à venir.

Détrompez-vous, on ne parle pas des jeux d’alliances mêmes si cela est en ligne prioritaire dans la cervelle des leaders, mais bien de savoir si l’île Maurice est en marche pour un nouvel avenir. Il est clair qu’après 49 ans d’indépendance, un vent de changement doit s’opérer pour une meilleure république.

Arvind Boolell, Dhanesh Maraye, Nita Juddoo! Voilà ce que présenteront comme ‘candidat’ aux élections partielles de Belle-Rose/Quatre Bornes les grands partis qui sont le Parti Travailliste, le PMSD et le MMM! Il faudra ajouter à cette équation la candidature du leader du Reform Party, Roshi Bhadain, dont la démission de l’Assemblée nationale, a provoqué cette partielle. Les profils des candidats cadrent étrangement avec la composition ethnique majoritaire du numéro 18. Le profil socio-ethnique des ‘élus’ des leaders de grands partis pour la Grande course, doit interpeller chaque citoyen qui veut un vrai changement pour projeter ce pays dans un nouvel environnement politique.

Selon le dernier rapport du bureau des statistiques émis en octobre 2012 (les données ont été collectées en 2011), il y a, dans les trois Ward de Quatre Bornes, une forte concentration des Mauriciens de foi ‘hindou’, soit 28 175. Six ans après, il y a eu probablement des changements mineurs mais qui ne viennent pas influencer grandement les données actuelles.  La deuxième plus grosse concentration émane des ‘catholiques’ qui sont à 17 859 et ajouté à ceux de la catégorie ‘other christians’ , le nombre total sera de 21 851.

Nous arrivons donc à une simple conclusion…les dinosaures politiques aux réflexes passéistes ne sont pas prêts pour changer la donne dans ce pays. Ce qui constitue une très grande hypocrisie venant de ceux qui se disent ‘RASSEMBLEUR’ et qui veulent que la jeunesse mauricienne pense autrement.

Soyons un peu hypocrites ici. Accordons le bénéfice du doute à nos acteurs politiques que sont Navin Ramgoolam. Xavier Luc Duval et Paul Bérenger. Dans cette logique de présenter le candidat idéal, ce trio est allé chercher chacun un candidat intelligent, charismatique et compétent dans le même réservoir. Pourtant, à chacune de leur intervention, ces leaders osent parler d’une société égalitaire où chaque individu de ce pays bénéficie des mêmes considérations basées sur ses compétences et non sur son appartenance ethnique. J’aimerai bien connaître ce qu’en pense les grands ‘intellos’. Ces grandes plumes et autres observateurs politique de ce pays qui nous nous bouchent les oreilles depuis quelques années déjà avec ce “un non-hindou” doit avoir la possibilité de prétendre au poste de Premier ministre de notre République”.

Paul Bérenger et Xavier Luc Duval, des prétendants non hindous à ce poste, n’ont pas eu le courage de dire ‘Non’ à un système de communalisme ou casteiste. On préfère vivre avec ce qu’on a adoré hier et, cela ne m’empêche de penser que ces deux-là ne vont pas jamais brûler l’avenir du fils ou de la fille, car ils savent très bien que pour gagner les élections à Maurice, il faut toujours composer avec ce système dégoûtant en attendant une réforme électorale promise par les différents gouvernements quoique la volonté de venir l’avant n’est pas là. Autant dire qu’il faut d’abord que nos leaders se réforment eux d’abord avant de parler d’une réforme électorale.

C’est donc une grande désillusion pour la jeunesse, car il est évident qu’en 2017, et c’est grave, que les profiles ethniques et casteiste, en premier lieu, et familiales en deuxième lieu, restent un passeport pour gravir les échelons dans les grands partis. Et dire que ces personnes là parlent de dynastie politique en début d’année 2017.

Ce n’est pas à nous de venir dicter le choix d’un électeur mais il est temps de penser à l’héritage qu’on veut laisser à nos enfants. Nous avons des doutes que les électeurs du numéro 18 ont assez de maturité pour changer  le destin de notre pays, cela en se basant sur des faits soit les résultats des élections précédentes (voir ci-dessous).  De août 1967 à 1983, c’est toujours un membre de la population générale qui a été élu en tête de liste à Belle-Rose/Quatre Bornes avant que ça bascule drastiquement en 1987. Car depuis, deux Hindous sur les trois places disponibles sont élus systématiquement. Lors des deux dernières élections, Xavier Luc Duval a pu néanmoins terminer en tête de liste. Mais les résultats démontrent que sur les 30 sièges en jeu durant les dix dernières élections, 18 sont allés à un ‘hindou’ contre 12 à un représentant population générale.

Petite parenthèse,  les électeurs de cette circonscription n’ont pas hésité à laisser tomber des têtes tels que Paul Bérenger (en 1983 et 87), Vishnu Lutchmeenaraidoo (en 1991), Rama Sithanen (en 2000), le très prometteur à l’époque Shushil Khusiram (2005) et Vijay Makhan en 2010. On vote plus par instinct. Il est clair donc que les choix des candidats retenus pour ces partielles suivent une logique sectaire et aussi une tendance générale acceptée par la vieille garde dans le pays!

Le 17 décembre 2017, nous verrons ‘SI’ nos citoyens ont atteint maturité pour dire non à ces dinosaures politiques, à ces réflexes passéistes qui continuent et continueront à diviser cette nation mauricienne. Le 12 mars 2018, cela fera 50 ans que les Mauriciens voient flotter haut et avec fierté son drapeau dans le ciel. Il est temps que chaque jeune de ce pays pense autrement. Le monde est en train d’évoluer et Maurice doit être en marche pour un changement face à ces leaders qui  à chaque fois vont profiter du système et gangrènent la jeune génération pour satisfaire leurs égos.

Maurice…nation arc-en-ciel. C’est peut-être vrai pour une ou deux générations mais elle ne l’est pas pour ces partis politiques et ses leaders. Le temps que la politique sème la zizanie et la division lors de cette partielle, nous pourrons toujours basculer quelques mois après sur les Jeux des îles de 2019, heureusement, pour que notre peuple se rassemble à nouveau “as one people and as one nation” pour vibrer ensemble.

À Lausanne en 1930, Gandhi, devant une assemblée avait prononcé un discours historique pour le reste du monde. Il est temps de rappeler ses paroles: “Il existe dans toutes les langues un mot généralement très bref: “non”. À la minute même où les travailleurs comprennent que le choix leur est offert de dire “oui” quand ils pensent “oui” et “non” quand ils pensent “non”, le travail devient le maître et le capital l’esclave.”

Et si seulement les électeurs quatrebornais comprennent qu’ils ont le choix de dire “Non”  le 17 décembre. Un “Non’ synonyme d’un grand coup de balai dans les basse-cour politique. À partir de là, un vent de changement soufflera sur le pays et on pourrait alors adopter le slogan “Sayer Mam”.

The Sniper

More in Blog

To Top