Connect with us

[vidéo] Champs de Mars, la cité de la joie

Lifestyle

[vidéo] Champs de Mars, la cité de la joie

[vidéo] Champs de Mars, la cité de la joie

Champs de Mars, la cité de la joie

C’est la date la plus importante du calendrier hippique.  Une journée spéciale au cours de laquelle bon nombre de personnes venus des quatre coins de l’île, de l’océan indien et de pays avoisinants se sont donne rendez-vous pour assister à  la course la plus convoitée de l’année. Nous nous sommes rendus à La Plaine, histoire de comprendre ce qui attire tant de monde au Champ de Mars.

Il est 10 heures. Avant que ne débarquent la grande foule de turfistes aguerris, bookmakers et commerçants de tout genre s’active à préparer leurs marchandises. Bruyantes, colorée, odorante, indisciplinée, anarchique et folklorique, quelques minutes plus tard, les gens commencent à arriver. Petit et grand, homme et femme, vieux ou jeune, Mauriciens de toutes communautés se frottent les mains en vue d’assister à la plus prestigieuse de l’année. Certains, habillés comme pour aller au bal font une queue interminables pour prendre leur ticket des loges situées de l’autre côté de la piste.

D’autres préfèrent La Plaine pour goûter aux joies des distractions diverses et se gaver de toutes les fritures, plats épicés et sucreries. C’est la cas pour la famille Perrine venue de Sainte-Croix. La mère de famille raconte qu’ils ne ratent jamais une course de Maiden. « C’est la seule fois de l’année où moi et ma famille entière viennent au Champs de Mars». Effectivement, assis à même le sol en compagnie de son fils, ses filles, gendres et petits enfants, ils attendent avec impatience la 6e course où ils parient sur Parachute Man.

Entre rhum et bière qui coulent à flots, nous rencontrons un peu plus loin, une autre famille venue de Grand-Rivière sud-ouest. Chez eux, les ‘gajacks’ changent de mains et les rires fusent. Comme les Perrine, ils viennent au Champs de Mars uniquement pour le Maiden.

Devant les guichets des bookmakers, de longues files de joueurs se pressent de miser avant que ne résonne le clairon du départ. D’autres joueurs qui ont déjà misé tentent leurs chances aux jeux de fléchettes. Des enfants s’agglutinent devant les marchands de glaces ou de barbe à papa.

C’est ici que se massent les plus ardents supporters des jockeys. Les bruits ont augmenté, la chaleur aussi, la course tant attendue va commencer. C’est stress, d’autres piaffent d’impatience. C’est l’apothéose quand Enaad de l’écurie Gujhadar remporte l’Air Mauritius Maiden Cup. La victoire est  accueillie au son des tambours et des ravannes.

C’est fini. La plaine se vide peu à peu. Les gagnants se réjouissent, les perdants partent la tête basse, mais heureux d’avoir passé un excellent dimanche en famille. C’est un peu çà le Champs de Mars où tout se mélange, s’embrassent et s’enlacent. Un endroit unique au monde où tout est joie et bonheur d’etre ensemble. Vivement l’année prochaine !

More in Lifestyle

To Top