Connect with us

Fashion victims: On change de garde-robe au gré des saisons

Fashion victims: On change de garde-robe au gré des saisons

Culture

Fashion victims: On change de garde-robe au gré des saisons

Fashion victims: On change de garde-robe au gré des saisons

Ça s’en va et ça revient, chantait Claude François. Et bien c’est justement ça la mode. Aujourd’hui les jeans son patte d’eph, demain ils seront slim, et après-demain encore baggy. C’est pareil pour les jupes, ça se rallongent et ça se raccourcies. Mais aujourd’hui la mode change plus vite que jamais. Et pour rester branchés, le rythme du shopping de ces dames a aussi pris de la vitesse.

C’est fini cette époque où il fallait absolument attendre les grandes fêtes, surtout la période de fin d’année pour s’acheter de nouveaux vêtements. Avec l’été qui est bel et bien là, beaucoup ont décidé de changer carrément de garde-robe. Aujourd’hui on change de garde-robe à la vitesse grand V, à faire pâlir Lucky Luke et son ombre. On fait du shopping quand on veut. Dans les grands magasins ou  au trottoir shopping centre. Le tout, c’est de rester dans le coup.

Fashion victims: On change de garde-robe au gré des saisons

Christelle Cavalot Bambou le dit sans ambages. Elle est une vraie «  Fashion victim ». Elle se dit accro à la mode et fait du shopping toutes les semaines. Elle s’habille chez Jennifer, Body & Soul, Ita Ita et même à Arab Town, Rose-Hill. Tout dépend de ce qu’elle recherche.

Fashion victims: On change de garde-robe au gré des saisons

« J’ai l’œil pour tout et j’ai le flair pour ce qui est de faire les bonnes affaires. Maintenant on a quand même plus de choix au niveau de la mode à Maurice. Il y a des vêtements pour toutes les bourses », lance-t-elle.

Fashion victims: On change de garde-robe au gré des saisons

C’est bien révolue l’ère où l’hiver, on mettait au placard les vêtements d’été pour ensuite les sortir la saison estivale prochaine et vice-versa. Maintenant on s’en débarrasse et on s’offre une nouvelle garde-robe qu’on étoffera jusqu’à l’hiver.

Fashion victims: On change de garde-robe au gré des saisons

« Je ne garde pas les mêmes vêtements longtemps. Et quand je ne les porte plus, je les revends à mes copines, qui sont très contente d’avoir des vêtements à bas prix. La mode a beaucoup évolué à Maurice et moi j’adore être dans le vent et j’aime pouvoir porter tout ce que j’aime. Donc à la fin, ça fait pas mal de vêtements. Il faut bien faire de la place par la suite », explique cette dernière qui est en effet toujours habillée dernière tendance et toujours sur son tente et un.

Mentalité démodée

Mariée et maman de trois enfants, Christelle explique que si le business de la mode a beaucoup évolué, certaines mentalités démodées sont malheureusement restées d’actualité: « Certaines personnes vous regardent de haut en bas, même si vous ne portez rien de vulgaire, mais que avez juste osé porter des modèles et des couleurs que les autres ne portent pas. Et ça c’est dommage. On est quand même libre de s’habiller comme on veut. Etre à la mode et la suivre de près ne veut pas dire être vulgaire. Il faut juste prendre en considération sa morphologie. Il y a des styles qui vont à différentes tailles. Mais c’est dommage que certaines personnes aient toujours des préjugés, même si Dieu merci, ce n’est plus autant qu’avant.”

Fashion victims: On change de garde-robe au gré des saisons

Une autre qui partage son opinion. Nirusha Routho, cette dernière est dans le domaine événementiel. Elle fait rouler son propre groupe de danse Krumania Academy. Un groupe qui n’a plus besoin d’être présenté, car Krumania Academy s’est, au fil des années, forgé une réputation de fer dans le domaine. Mais Nirusha, c’est aussi une fille dans le vent. Elle a d’ailleurs étudié la mode en optant pour Fashion & Design comme études supérieures.

Fashion victims: On change de garde-robe au gré des saisons

« Oui je suis la mode, mais j’ai mon propre style. Bien sûr, je suis très tendance, mais j’ai ma propre identité vestimentaire. Je suis plutôt grunge. J’adore les bottes, les trench coat, j’aime être unique. D’ailleurs depuis toujours, c’est moi-même qui dessinais les costumes pour ma troupe de dance. Je sais ce que je recherche donc le lèche vitrine n’est pas pour moi, mais je fais beaucoup de shopping. J’aime m’habiller et je garde pas mal de truc, tout en étoffant ma garde robes. Accessoires, chaussures, surtout les bottes, les manteaux… », explique Nirusha.

Fashion victims: On change de garde-robe au gré des saisons

Si elle est plutôt Fashion Addict avec un choix très pointilleux, c’est-à-dire qu’elle n’achètera pas non plus tout ce qui est à la mode, si ça ne lui plaît pas. Nirusha souligne aussi qu’elle est très « vintage », elle privilégie les vêtements classiques, les indémodables. Elle affirme, qu’en effet la mode et le business de la mode, a beaucoup évolué à Maurice, mais comme Christelle l’a aussi mentionné les mentalités sont toujours les même pour certains.

«  On ne peut pas porter un gens sans se faire scruter. Ou encore avec mon style les gens me regardent souvent curieusement. Ces mêmes vêtements, je les porterais en Europe par exemple et personne n’y verra aucun inconvénient. Oui la mode a évolué, oui le business de la mode aussi, aujourd’hui on a un plus grand choix avec toutes les boutiques et autre maison de marque et autre coutures. Mais il y a du chemin à faire en ce qui concerne la mentalité et le domaine de la mode. On n’a pas encore tout ce qu’on veut ou que l’on convoite dans les magazines de mode à Maurice, c’est pour cela que les gens achètent en ligne de nos jours », explique-t-elle.

Cette dernière ajoute aussi que si elle achète ce qui lui plaît, elle peut s’habiller dans une boutique dans mode comme dans un petit magasin dans un centre commerciale, si c’est une bonne affaire: « Il faut l’avouer certains vêtements se vendent à des prix exorbitants, maintenant si on pense au fait que c’est un vêtement que vous n’allez porter que quelque fois, surtout si ce n’est pas un classique, car la mode change à tout bout de champs et tout le temps. Alors ce n’est pas du tout un bon investissement ».

Fashion victims: On change de garde-robe au gré des saisons

«  La mode change tout le temps et on ne peut pas tout avoir »

Elle est perçu comme une ‘Fashion Statement’ à Maurice. Sweetie Ramlagun Law, styliste dans une maison de mode et haute couture dans le nord de l’île explique qu’aujourd’hui, la mode a en effet beaucoup évolué à Maurice et que surtout la jeune génération aime s’habiller tendance.

Fashion victims: On change de garde-robe au gré des saisons

«  Aujourd’hui, on achète en ligne. Les jeunes préfèrent aussi aller là où il y a des promotions ou encore où on achète à petit prix. Ces derniers aiment pouvoir s’acheter plusieurs vêtements au lieu d’un seul à un prix fort. Ce qui est tout à fait compréhensible. En même temps ça se comprend, la mode change tellement vite. Il y a du nouveau tous les jours. Mais il y a aussi certaines personnes qui aiment bien avoir une ou deux pièces de collection dans leur garde-robe », explique Sweetie Ramlagun Law.

Fashion victims: On change de garde-robe au gré des saisons

Elle nous parle aussi d’un phénomène qu’elle a remarqué chez les jeunes, « le wear it once ». Sweetie Ramlagun Law, qui a évolué dans le domaine de la mode depuis plusieurs années explique qu’aujourd’hui avec les réseaux sociaux, nous vivons dans une société où l’image prime. «  Tous les jeunes ont Instagram, Facebook et autres réseaux sociaux et ils postent beaucoup de photos. Ils aiment y porter des vêtements très tendances et certains s’assurent aussi qu’il ne porte jamais le même vêtement sur plus d’une photo. Bref la jeune génération est très ‘fashion conscious et shoaholic », soutient-elle. Elle confie que qu’elle même en tant que Fashion Designer, elle a adore être dans le vent, mais elle souligne avoir son propre style: «  Je ne porte pas tout ce qui est à la mode. J’ai un style bien à moi. Je change de garde-robe souvent aussi, mais il y a certains vêtements auxquels je suis très attachée, soit parce que je l’ai créé ou que je l’ai acheté lors d’un voyage ».

Fashion victims: On change de garde-robe au gré des saisons

Et pour ce qui est des mentalités, elle avoue qu’elle a souvent droit à des regards inquisiteurs quand elle marche dans les rue de Port-Louis par exemple, quand elle va faire ses «  marketing research » dans le cadre de son travail: « J’adore porté des imprimés, comme des pantalons à fleurs, sans pour autant que le style hurle, mais certaines personnes me scrutent de haut en bas ».

 

 

 

Continue Reading
You may also like...

More in Culture

To Top