Connect with us

[vidéo] Anaïs Jonson : Transgenre et fière de l’être

Anaïs Jonson : Transgenre et fière de l’être

Rencontre

[vidéo] Anaïs Jonson : Transgenre et fière de l’être

[vidéo] Anaïs Jonson : Transgenre et fière de l’être

J’étais très embarassée en rencontrant notre invité. Je ne savais justement pas si je devais conjuger en masculin ou en féminin. Yannick de naissance, Anaïs par adoption, quoi choisir ? J’ai opté pour le ‘e’ attribué à la femme. Et je suis tombée juste. C’est une femme que j’ai rencontrée.

Cheveux lissés, maquillage glamour, manucure parfaite,  Anaïs Jonson, 30 ans est l’une de ses personnes qui n’à froid aux yeux. Née Yannick, elle s’est toujours sentie femme. Fière de sa véritable nature, elle a accepté de se livrer. Témoignage rempli d’émotion et de sincérité d’un transgenre extraverti…

Anaïs Jonson : Transgenre et fière de l’être

C’est dans sa maison à Cap-Malheureux que nous rencontrons Anaïs. Amicale et très bavarde, elle nous accueille chez elle comme elle le fera pour un proche. Album de famille sur la table, elle nous compte son histoire tout en parcourant les photos. « Je suis transgenre et fière de l’être. C’est ainsi que je suis née et je ne peux aller contre cette nature. Quand j’étais petite, je jouais beaucoup avec mes sœurs et mes cousines. J’étais fascinée par les maquillages, les robes et toutes les choses très féminines. Lorsque j’ai fait ma première communion, je voulais porter une robe comme toutes mes amies, mais sous la contrainte de mes parents j’ai dû porter un costume », déclare Anaïs émotionnée.

Craignant de ne pas être acceptée et d’être jugée, elle s’efforça de s’habiller en homme le jour pour ensuite se travestir la nuit. Puis, un jour elle dit stop et décida de relever sa vraie nature à ses parents. « Lorsque j’ai annoncé à mes parents que j’aimais les hommes, ils ont réuni toute la famille pour me convaincre que ce n’était pas bien. Issue d’une famille très pieuse, on m’a même fait croire que c’est à cause des homosexuelles qu’il y avait des catastrophes naturelles dans le monde. À une certaine époque, mes parents me croyaient fou et m’ont emmené voir un psychologue. Or cela n’était pas le cas ».

Anaïs Jonson : Transgenre et fière de l’être

Après son coming out, elle décida de mettre Yannick de côté pour enfiler à jamais l’identité d’Anaïs. Mais tout n’est pas si rose, car elle fait face à d’autres problèmes. Son défunt père, qui était un pêcheur reconnu à Maurice fait sujet de nombreuses moqueries et à cause de cela il buvait beaucoup, chose qui blessait terriblement Anaïs.  « Les gens ne se rendent pas compte, mais avant d’être acceptés, du moins quand nous le sommes, nous faisons face à toutes sortes de réactions adverses et blessantes. Et ces moqueries et critiques blesse nous en tant que personne, mais aussi nos familles».

Mais tout cela est bien loin derrière, aujourd’hui Anaïs a grandi, s’est mariée et est enfin acceptée au sein de sa famille. « J’ai été acceptée grâce à ma belle-sœur et à ma sœur aînée qui m’ont beaucoup soutenues. Un ami d’enfance qui malheureusement est décédé m’a lui aussi beaucoup aidé. Désormais, je m’habille en fille de jour comme de nuit et je peux m’assumer pleinement » dit-elle avec assurance. A noter qu’Anaïs est adepte du modelling et a déjà remporté plusieurs competitions, soit, Miss Drag-queen et  Miss transgenre. Elle a meme représentée Maurice lors d’un concours transgenre de l’Ocean indien.

Le message que tient à faire passer Anaïs aujourd’hui à la population c’est de ne surtout pas avoir honte de ce que vous êtes. Elle veut aussi faire comprendre aux parents des enfants transgenres que leur progéniture est née ainsi et qu’il n’y a rien de mal à être comme ça. “Les transgenres ont besoin du soutien de leurs parents tout comme ceux qui sont hétérosexuels, pas de sarcasmes”.

Continue Reading
You may also like...

More in Rencontre

To Top