Connect with us

Aux assises : un “prêtre malgache” profite de ses “fonctions” religieuses pour abuser de deux adolescentes

Aux assises : un "prêtre malgache" profite de ses "fonctions" religieuses pour abuser de deux adolescentes

Océan Indien

Aux assises : un “prêtre malgache” profite de ses “fonctions” religieuses pour abuser de deux adolescentes

Aux assises : un “prêtre malgache” profite de ses “fonctions” religieuses pour abuser de deux adolescentes

En ce mercredi 29 novembre aux assises débute le procès d’un “prêtre malgache” accusé d’avoir violé deux adolescentes, âgées de 16 ans au moment des faits. Il encourt jusqu’à 20 années de réclusion criminelle.

Les faits. Le 22 juillet 2014, une jeune fille de 16 ans se présente au commissariat de Saint-André pour dénoncer des faits de viols, qu’elle aurait subis alors qu’elle n’avait que 12 ans. Elle désigne clairement son agresseur comme étant D.R, un ami de la famille mais aussi un “prêtre malgache”.

Et c’est précisément, lors de cérémonies, que les faits se seraient déroulés. La première agression aurait eu lieu dans le véhicule du “prêtre” à proximité de la Rivière du Mât. L’homme, âgé d’une quarantaine d’années lui aurait imposé une relation sexuelle alors qu’elle était encore vierge. Quelques jours plus tard, deux autres jeunes filles déposent plainte contre la même personne. Elles racontent elles aussi, que les agressions se passaient après des cérémonies et toujours avec comme prétexte de faire un “travail”.

Un mois après la révélation des faits, la famille de l’une des victimes signale aux enquêteurs que leur fille faisait l’objet de pression de la part de D.R. Le 25 août 2014, D.R, déjà très défavorable connu de la Justice est mis en garde à vue. Immédiatement, il reconnaît avoir eu une relation sexuelle consentie avec l’une des plaignantes, niant formellement les autres accusations, parlant de vengeance, de complot et de jalousie. Devant le magistrat instructeur et durant toute l’instruction, il maintenait ses dénégations. Il est mis en examen pour viols et agressions sexuelles aggravés et incarcéré quelques mois, avant d’être placé sous contrôle judiciaire strict.

À l’issue de l’instruction, le magistrat prononcera un non-lieu concernant l’une des jeunes filles, mais maintiendra les accusations pour les deux autres victimes. D.R encourt jusqu’à 20 années de réclusion criminelle, il sera défendu par Me Jean Claude Jebane tandis que les deux victimes seront représentées par Me Laurent Payen.

Source clicanoo.re

More in Océan Indien

To Top