Connect with us

Dix interpellations en France et en Suisse : un imam dans les filets de l’antiterrorisme

Dix interpellations en France et en Suisse : un imam dans les filets de l’antiterrorisme

Monde

Dix interpellations en France et en Suisse : un imam dans les filets de l’antiterrorisme

Dix interpellations en France et en Suisse : un imam dans les filets de l’antiterrorisme

Neuf hommes et une femme ont été arrêtés hier en France et en Suisse dans le cadre d’une enquête antiterroriste. Un imam figure parmi ce groupe de radicalisés en contact via une messagerie cryptée.

Ce sont les premières interpellations antiterroristes depuis la fin de l’état d’urgence, sifflé il y a tout juste une semaine. Une fois encore, les suspects échangeaient sur la messagerie cryptée Telegram, tant prisée des djihadistes.
Neuf hommes et une femme ont été arrêtés hier en France et en Suisse dans le cadre d’une enquête antiterroriste. Un imam figure parmi ce groupe de radicalisés en contact via une messagerie cryptée. Ce sont les premières interpellations antiterroristes depuis la fin de l’état d’urgence, sifflé il y a tout juste une semaine. Une fois encore, les suspects échangeaient sur la messagerie cryptée Telegram, tant prisée des djihadistes.

 

Comme nous l’avons révélé ce mardi matin sur leparisien.fr, dix personnes, qui tenaient des propos islamistes « inquiétants » sur les réseaux sociaux, ont été arrêtées hier en France et en Suisse. Une opération d’envergure coordonnée par la sous-direction antiterroriste (SDAT) de la Direction centrale de la police judiciaire, en lien avec l’arrestation à Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne), le 20 juin dernier, veille de la Fête de la musique, d’un mineur de 13 ans soupçonné par les services du renseignement intérieur d’avoir projeté une attaque imminente au couteau en France. Ce qui en fait aujourd’hui le plus jeune mis en examen en France dans un dossier de terrorisme.

 

Les suspects, neuf hommes et une femme, âgés de 18 à 65 ans, sont pour certains des convertis. Parmi eux figurent notamment deux frères de 27 et 28 ans interpellés dans les Alpes-Maritimes et suivis pour radicalisation, ainsi qu’une Colombienne de 23 ans, arrêtée en Suisse. Le ministère public de la Confédération helvétique a déclaré dans un communiqué qu’il allait « demander le placement en détention préventive » de celle que l’on présente comme la compagne du personnage central du dossier, un imam suisse de 28 ans, interpellé hier à la frontière avec la France.

Aucune arme mais du matériel informatique

Les dix suspects ont été arrêtés avec l’appui du Raid en Seine-Saint-Denis, dans le Val-de-Marne, les Alpes-Maritimes et les Bouches-du-Rhône mais aussi dans les cantons de Neuchâtel et de Vaud, en Suisse. Selon nos informations, aucune arme n’a été retrouvée au cours des perquisitions en France, mais du matériel informatique a été saisi et est en cours d’exploitation.

L’opération a été menée dans le cadre d’une information judiciaire ouverte en France, le 19 juillet dernier, pour « association de malfaiteurs terroriste criminelle et provocation directe à la commission d’un acte de terrorisme par un moyen de communication au public en ligne ». Par ailleurs une procédure pénale avait été ouverte en Suisse en juin 2016 pour soupçon de violation de la loi fédérale interdisant notamment Al-Qaïda et l’Etat islamique et pour soupçon de soutien.

En lien avec un ado de 13 ans arrêté

C’est l’enquête judiciaire menée en France qui a permis d’identifier l’imam suisse, soupçonné d’être « le directeur religieux et opérationnel du groupe », selon une source proche du dossier. Celui-ci entretenait de nombreux contacts sur la messagerie Telegram avec des islamistes français radicalisés, « évoquant des projets d’actions violentes aux contours mal définis ». Cependant, toujours selon nos informations, un projet d’attentat à Nice (Alpes-Maritimes) aurait été fomenté. Le suspect suisse était aussi en lien sur les réseaux sociaux avec l’adolescent de 13 ans, suspecté de préparer une attaque djihadiste imminente au couteau. « Une photo de lui avait été trouvée sur les réseaux sociaux, tenant une feuille proclamant son allégeance » au groupe Etat islamique (EI), selon l’AFP.

Depuis le début de l’année 2017, le ministère de l’Intérieur a comptabilisé huit tentatives d’attaque djihadiste (faisant 9 blessés) et 13 attentats déjoués, dont le projet d’attaque du mineur de 13 ans…

Source leparisien.fr

More in Monde

To Top