Connect with us

Insécurité grandissante : Les députés demandent des comptes à cinq ministres concernés

Insécurité grandissante : Les députés demandent des comptes à cinq ministres concernés

Océan Indien

Insécurité grandissante : Les députés demandent des comptes à cinq ministres concernés

Insécurité grandissante : Les députés demandent des comptes à cinq ministres concernés

Bousculés au niveau de leur circonscription respective, les membres de la Chambre basse ont décidé d’interpeller le gouvernement.

Face à la recrudescence de l’insécurité au niveau de presque toutes les régions de la Grande Ile, les députés ont décidé d’interpeller les membres du gouvernement concernés par ce fléau. Aussi le Premier ministre et non moins ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation Olivier Mahafaly Solonandrasana, la ministre de la Justice Rasolo Elise Alexandrine, le ministre de la Défense nationale, le Général Béni Xavier Rasolofonirina, le Secrétaire d’Etat à la Gendarmerie, le Général Randriamahavalisoa Razafindramaitso Girard, ainsi que le ministre de la Sécurité Intérieure Jean-Jacques Andrianisa sont-ils convoqués à Tsimbazaza ce jour. Une énième interpellation au cours de laquelle les parlementaires, visiblement bousculés au niveau de leur circonscription respective, entendent mettre la pression sur l’équipe gouvernementale afin d’avancer des solutions concrètes et efficaces pour mettre un coup d’arrêt aux attaques à main armée et les attaques des « dahalo » qui fragilisent la Société malgache. Bon nombre d’observateurs considèrent la rencontre de ce jour comme une occasion pour les membres de la Chambre basse de demander des comptes au Chef du gouvernement et aux ministres responsables. Pas plus tard qu’en début de semaine, des attaques à main armée ont eu lieu entre autres, à Anjanahary et à Ankadivato. Des attaques meurtrières qui, selon les informations, ont été commises par des prisonniers évadés de la maison de force de Tsiafahy. Mêmes circonstances et même mode opératoire pour des attaques de « dahalo » qui se sont produites cette semaine entre autres, à Morondava et à Antsirabe. Là aussi, le nom d’un malfaiteur qui doit encore purger sa peine à la prison d’Antsirabe a été cité comme le cerveau.

Efficacité. La question est donc de savoir si après cette nouvelle interpellation à Tsimbazaza, les ministres responsables de la sécurité vont parvenir à résoudre ce fléau, ou du moins à diminuer le nombre des attaques. D’autant plus que le projet de Loi de Finances 2018 qui sera débattu en travaux de commissions à l’Assemblée nationale demain, prévoit une hausse considérable du budget alloué aux départements ministériels concernés par la lutte contre l’insécurité. Malgré les efforts déjà fournis, l’Armée, la Gendarmerie et la Police nationale devraient faire preuve de plus d’efficacité pour assumer leur principale mission qui est d’assurer la sécurité des biens et des personnes. Plus d’un accuse les Forces de l’ordre d’être trop occupées à défendre les intérêts des dirigeants. Une allusion à la forte mobilisation des hommes en treillis pour interdire les manifestations publiques organisées par les partis politiques de l’opposition. Ce qui n’est pas le cas lors des rassemblements des partisans du « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara ». Pour ne citer que le meeting qui s’est déroulé à Mahajanga lundi dernier, sous l’égide du président national du parti au pouvoir Rivo Rakotovao. Des rumeurs autour d’un projet de motion de censure circulant à l’hémicycle depuis quelque temps, la rencontre de ce jour constituera donc une occasion pour le Premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana et à son équipe de dissuader les députés à passer à l’acte.

Source midimadagasikara

Continue Reading

More in Océan Indien

To Top