Connect with us

La chasse aux tangues en danger

La chasse aux tangues en danger

Actualité

La chasse aux tangues en danger

La chasse aux tangues en danger

Des chasseurs de tangues (un animal insectivore très apprécié pour sa chair par beaucoup de Mauriciens) prévoient une pénurie, surtout à l’approche des fêtes. Ils déplorent une augmentation des pratiques de braconnage dans certains endroits de l’île. Ces derniers vont plus loin : ils craignent même la disparition de l’espèce. Le Point a rencontré l’un des chasseurs.

La chasse aux tangues en dangerChasse

La chasse aux tangues fait partie du folklore mauricien. Et, elle est la plupart du temps pratiquée dans les régions campagnardes. Contrairement à la chasse au cerf ou au sanglier, les chasseurs de tangue n’utilisent pas de fusil pour abattre l’animal. Lorsqu’ils vont à la chasse, les chausseurs se munissent de deux outils essentiels qu’ils prénomment le ‘tôlé’ et le ‘frang’. « Le tôlé est un bâton qui ressemble à une batte de baseball, alors que le frang est un hameçon accroché au bout d’un bâton. Nous fabriquons nous-mêmes nos accessoires » avance Jean-Yves Belle, le chasseur.

Est-ce facile de capturer un tenrec ? Oui, répond Jean-Yves.  « On surveille l’animal quand celui-ci, sentant le soleil réchauffer les murets, se retire imprudemment hors de son gîte. Ensuite, il suffit d’enfoncer le frang dans le terrier et de l’accrocher et la faire sortir. Puis un coup de « tôlé » sur la tête et c’est fait. Cependant, si vous allez chasser le soir, c’est une tout autre technique. Le soir, on emmène nos chiens qui sont entraînés pour chasser la tangue qui aboient dès qu’ils s’approchent », explique Jean-Yves.

Pénurie

Selon des chasseurs, la population de tangues diminuerait d’années en années. Au banc des accusés : le braconnage. Roger Milazar explique qu’il existe une demande grandissante des consommateurs de cette viande. Ce qui explique clairement sa disparition. « Oui, il est vrai de dire que le tenrec se fait rare de nos jours. En premier lieu, il y a eu une montée en flèche des consommateurs. Ensuite, par manque d’expérience, certains chasseurs capturent la mère et leur bébé sans se soucier du danger». Cependant, Roger Milazar tient à rassurer que la tangue ne va s’éteindre aussi facilement. Car, en une portée, la femelle tenrec peut donner naissance à plus de dix bébés, tangue. « Pou toujours ena tangue lor la table pou l’année pas gagn traka » lance-t-il avec une pointe d’humour.

Tangue sur Facebook
Alors que certains vont à la chasse, d’autres préfèrent acheter sur le réseau social, Facebook. « Le prix varient de Rs 100 à Rs 300 dépendant de la taille de la tangue, mais, aussi du vendeur qui nettoie lui-même la tangue. Je trouve le prix correct, car, je n’ai pas le temps d’aller à la chasse » avance Kursley Michel, 45 ans. Un groupe de personnes a trouvé une autre façon de commercialiser l’animal en mettent en vente la tangue sur les réseaux sociaux. « Utiliser Facebook pour vendre mes tenrecs, est une excellente solution. Pas besoin de se déplacer et faire du porte-à-porte comme avant. Cette méthode facilite mon travail, mais aussi les clients » avance Roger Milazar, habitant Flacq.

Repas de fête

« Que serait un repas de Nouvel An sans le fameux ti vitesse » déclare Christelle Essoo. Dans sa famille, manger de la tangue pour les fêtes de fin d’année est devenue une tradition. Tous les ans, c’est la même chose, les oncles vont à la chasse et la grand-mère cuisine le fameux ‘salmi’. Le secret de sa recette, une sauce très épicée dans laquelle les morceaux vont macérer parfois deux jours au réfrigérateur pour enlever le petit goût sauvage. Comme Christelle, nombreux sont les Mauriciens qui consomment du tenrec lors des fêtes de fin d’année. À l’instar d’Anista Bhoojoowa, une habitante de Lallmatie âgé de 32 ans. « Chez moi, on a toujours mangé du tenrec le jour de l’an. Comme je suis la seule fille d’une famille de plusieurs garçons, j’allais avec mes frères à la chasse. Ensuite, mon père nettoie et ma mère cuisine » souligne cette habitante de Lallmatie.

 

Pour ceux qui ne connaissent pas comment préparer ce fameux “salmi ti vitesse”,  Wesley.A, un spécialiste dans le domaine, vous propose une recette gratuite.

Ingrédients pour 4 personnes:
2 hérissons déjà nettoyés et découpés en morceaux,
3 gousses d’ail,
1 oignon,
3 pommes d’amour,
10 graines de girofle,
1 cannelle,
piments séchés,
vin rouge.
Préparation:
Laissez mariner les morceaux d’hérissons avec la moitié de la cannelle, sel, poivre et 5 graines de girofle pendant 30 minutes ou plus.
Broyez le reste de la cannelle, le girofle, l’ail, l’oignon et les piments séchés. •
Faites revenir les ingrédients broyés dans une poêle pendant environ 3 minutes.
Ajoutez les pommes d’amour découpées en petits cubes.
Laissez mijoter pendant 2 minutes.
Ajoutez les morceaux d’hérissons.
Laissez mijoter pendant environ 5-10 minutes.
Rajoutez 3 verres d’eau et laissez cuire pendant environ 20 minutes.
Ajoutez 1 demi-verre de vin rouge.
Laissez cuire pendant 15 minutes.

« Apres la cuisson servez le tout avec un bon riz blanc et une salade de laitue ou de concombre», conseille  Wesley.A

More in Actualité

To Top