Connect with us

[vidéo] Vincent Tailly, un amour sans bornes pour la ravane

Reportage

[vidéo] Vincent Tailly, un amour sans bornes pour la ravane

[vidéo] Vincent Tailly, un amour sans bornes pour la ravane

 La ravane, c’est l’histoire d’un vécu avec Vincent et toute la famille Tailly. Batteur de ravane, professionnel mais aussi fabricant de la ravane synthétique, nous allons à la rencontre d’un jeune prodige de Cité Barkly dont son monde tourne autour de cet instrument traditionnel en version évoluée. 

À l’âge de 15 ans, Vincent a commencé à jouer dans un groupe de ‘séga tipik’ dans le domaine hôtelier. Ceci l’a enrichi et a nourri son désir de connaître la ravane. Il s’est d’abord mis à sa fabrication.     

Une moule, une feuille de ‘playwood’, de la peau synthétique, des clous, un pistolet à peinture… ajoutés à un peu de passion, et notre interlocuteur vous donne un petit bijou qui résonne. Voilà sept ans qu’il exerce le métier de fabricant avec amour aux côtés de son père et l’œil esthétique de son oncle. 
À 21 ans, il découvre un don pour la peinture, chose auquelle il accordait peu d’importance au collège. À présent, si vous souhaitez une ravanne originale et spécialisée, Vincent vous propose de graver votre nom sur l’instrument. 

Étant lui-même artiste, notre ravannier est connu du monde artistique mauricien. Vincent a joué et accompagné plusieurs artistes locaux dont Alain Ramanisum & RavannaClarel Armelle, entre autres. Il a voyagé grâce à sa passion et a même eu l’occasion d’accompagner des légendes mauriciennes, telles que Serge LebrasseMarclaine Antoine.

Vincent Tailly, son père et son oncle dans l’atelier

Vincent fait partie de ces jeunes qui croient en l’avenir du sega mauricien. Amoureux de la ravane, il en a fait son gagne-pain. “Se mo ladrogtou le zour mo bizin zwe li”, lance-t-il en riant.

Une démonstration des instruments qu’il fabrique, ravanes, maravane et triangle

Continue Reading
You may also like...

More in Reportage

To Top