Connect with us

Port-Louis, dans les pas d’une capitale métissée

Port-Louis, dans les pas d'une capitale métissée

Actualité

Port-Louis, dans les pas d’une capitale métissée

Port-Louis, dans les pas d’une capitale métissée

Alors que l’île Maurice se prépare à fêter le 50e anniversaire de son indépendance, et que son historique 5-étoiles, le Saint Géran, s’offre une deuxième jeunesse après neuf mois de travaux, voici une escapade dans la ville baptisée en l’honneur de Louis XV, proposée par l’hôtel.

Dans l’océan Indien, l’île Maurice affiche un visage serein à quelques mois du cinquantième anniversaire de son indépendance, en mars 2018. Les plages y sont belles et l’on peine souvent à les quitter. Mais il est bon de les abandonner quelques heures pour explorer les ruelles de Port-Louis et, à travers elle, un pan de son histoire.

Fondée au début du XVIIIe siècle, la ville baptisée en l’honneur de Louix XV et construite par un Français, Bertrand-François Mahé de La Bourdonnais, porte les traces d’influences successives. Bien sûr, le marché coloré, la place d’armes bordée de palmiers bouteilles, le marché, la Citadelle ou le champ de Mars, plus vieil hippodrome de l’hémisphère sud font partie des étapes habituelles des visiteurs.

Mais il existe un autre Port-Louis, moins immédiat, plus exotique. Celui-là, vous avez toutes chances de passer à côté de lui sans guide. Mymoris, une petite agence locale, a imaginé des parcours inventifs pour de petits groupes, invités à pousser les portes des quartiers chinois et indien (oui, Port-Louis a sa Chinatown!).

Des vagues d’immigration, indienne et chinoise, qui ont construit l’identité de l’ancienne Isle de France

Une manière de partir sur les traces des vagues d’immigration, indienne et chinoise, qui ont construit l’identité de l’ancienne Isle de France. Selon votre appétit, vous pourrez réserver un parcours culturel ou des ballades thématiques autour du street art, de la gastronomie ou de l’art à réserver. Le One & Only Saint Géran, le mythique cinq étoiles de l’île qui vient de rouvrir ses portes, propose même à ses clients avec cette équipe un parcours sur mesure éclectique pour découvrir en quelques heures l’architecture, les hommes et la cuisine de Port Louis, la métisse.

A quelques mètres du marché, au détour d’une rue, une surprenante mosquée décorée de motifs indiens s’offre au regard. Les Indiens, arrivés en masse après l’abolition de l’esclavage pour travailler dans les champs de cannes, ont apporté avec eux leur culture, leurs artisans. L’île ne comptait alors que 90.000 habitants et cette vague d’immigration de plus de 450.000 personnes a complètement bouleversé cuisine et culture locales.

A quelques mètres du marché, au détour d’une rue, une surprenante mosquée décorée de motifs indiens s’offre au regard. Les Indiens, arrivés en masse après l’abolition de l’esclavage pour travailler dans les champs de cannes, ont apporté avec eux leur culture, leurs artisans. L’île ne comptait alors que 90.000 habitants et cette vague d’immigration de plus de 450.000 personnes a complètement bouleversé cuisine et culture locales.

Les murs de Port Louis vont vous faire voyager

Plongez dans ce «Bollywood» grandeur nature, contemplez les façades bleues de l’entrepôt de la famille Ebrahim, grossisteen produits alimentaires venu du Gujerat qui fournit les commerçants indiens des boutiques avoisinantes, levez le nez sur l’architecture de marine de sa charpente, touchez la pierre volcanique des soubassements et humez les odeurs des épices.

Un peu plus loin, le quartier chinois vous offrira d’autres saveurs. Dans le quartier, les maisons sont détenues par des familles XXL, arrivées par vagues successives et désormais propriétés de clans de 200 à 300 personnes… ce qui complique leur entretien! Mymoris nous entraîne dans un couloir où une famille a installé son restaurant. Calez votre dos contre le mur et rangez vos jambes pour laisser passer l’épouse arrivée tout droit de Chine du maître des lieux, qui vous apportera des «boulettes» chinoises.

Un parcours street art s’offre aussi aux regards au fil des rues: sur un mur au fond d’un parking à ciel ouvert, la ville en noir et blanc, maisons coloniales et édifices plus récents, sur un autre, les couleurs jaune et rouge qui claquent de peintures chinoises et les mots d’un poème laissé là par une artiste venue de l’Empire du milieu, plus loin la tête grise sans visage dans laquelle une fenêtre à barreaux ouvre (ouf!) sur un pan de ciel bleu ou une poétique musicienne, les murs de Port Louis vont vous faire voyager…

Source Lefigaro.fr

 

More in Actualité

To Top