Connect with us

La SEC veut la tête d’Elon Musk

Elon Musk, le grand patron de Tesla

l'eco

La SEC veut la tête d’Elon Musk

Le 7  août, Elon Musk, le
patron du fabricant américain d’automobiles électriques Tesla, envoyait à ses
quelque 22  millions d’abonnés sur Twitter un message sidérant : 
J’envisage de retirer Tesla de la cote au prix de 420  dollars. Le
financement est assuré. “
 Cette information déroutante valorisait
Tesla 71  milliards de dollars (environ 60  milliards d’euros). Une
telle opération de sortie de la cote nécessitait cependant un apport financier
record.  Elon  Musk a persisté dans
cette voie, précisant dans d’autres Tweet que ” le soutien des
investisseurs 
– était – confirmé. La seule raison pour
laquelle ce n’est pas certain, c’est que cela dépend du vote des actionnaires
. Et pour les petits actionnaires, M.  Musk assurait qu’il avait
un dispositif leur permettant de rester propriétaires de l’entreprise ”
grâce à un fonds à cet effet “
.

Cette série de Tweet n’a pas
été du goût de la Securities and Exchange Commission (SEC), le gendarme
boursier américain. Elle a ouvert une enquête puis déposé plainte, jeudi 27
 septembre, contre Elon Musk devant un tribunal de Manhattan, à New York.
D’après la SEC, les Tweet diffusés par Elon Musk étaient ” faux et
trompeurs ” 
et ont provoqué une envolée artificielle du titre à
380  dollars, pour s’approcher de la barre des 420  dollars.

Dans sa plainte, la SEC a
aussi relevé que, selon un mail interne envoyé par Elon Musk au conseil
d’administration, il avait arrondi le prix à 420  dollars parce que
c’était un code désignant la consommation de cannabis et que sa compagne, la
rappeuse -Grimes, ” trouverait cela marrant “.

La SEC, elle, n’a pas le sens
de l’humour. ” La célébrité d’un dirigeant ou sa réputation
d’innovateur technologique ne donnent pas le droit de prendre ses
responsabilités à la légère “
, accuse Stephanie Avakian, sa
codirectrice. L’institution demande des pénalités civiles et l’interdiction
pour M. Musk d’exercer une fonction de dirigeant de société cotée.

Dubitatifs

La déclaration d’Elon Musk, 47
ans, avait pris de court Tesla, l’entreprise dont il détient un cinquième du
capital. Le créateur des voitures électriques ferraillait depuis des mois avec
les investisseurs, qui ont poussé le titre à la baisse en raison de retards de
production. M.  Musk avait assuré que le rythme de 5 000 véhicules
-électriques Model 3 par semaine, atteint en juin, était soutenable et lui
permettrait de ne pas avoir recours à de nouveaux capitaux. Les analystes
financiers étaient particulièrement dubitatifs, à l’instar de Morgan Stanley,
dont l’analyste estimait que la société aurait besoin de lever 2,5
 milliards de dollars d’ici à la fin de l’année.

Les prévisions du patron de
Tesla ont souvent été fantasques. En mai  2016, rappelle le Wall
Street Journal 
(WSJ), il annonçait à des investisseurs qu’il produirait
entre 100 000  et 200 000  véhicules au second semestre 2017. Or,
cette année-là, l’entreprise n’avait produit que 4 000 véhicules.

La sortie du principal
concerné est intervenue alors qu’un fonds d’investissement saoudien avait pris
5  % du capital de Tesla. Visiblement, la privatisation de l’entreprise
aurait été évoquée. L’idée d’une sortie de la Bourse, huit ans après la
première cotation de Tesla, visait à s’affranchir de la pression des
investisseurs qui vendent le titre à découvert. Mais, techniquement, elle
semblait irréaliste.

Les opérations de sortie de
Bourse ont en général lieu par endettement, mais Tesla, qui ne fait pas de
profit, est incapable de -dégager les liquidités nécessaires pour rembourser
ses annuités. Son directeur comptable, Dave Morton, a d’ailleurs démissionné en
septembre après un mois de présence.

A la faveur d’un communiqué
publié par Tesla, Elon Musk s’est défendu : ” Cette initiative
injustifiée de la SEC me déçoit et me blesse profondément. J’ai toujours agi
dans le meilleur intérêt de la vérité, de la transparence et des investisseurs.
L’intégrité est la valeur la plus importante de ma vie et les faits montreront
que je n’ai jamais transigé sur ce point  de quelque manière que ce soit.
 Dans les transactions après la fermeture de Wall Street,
l’action Tesla décrochait de 10  %, à 277  dollars.

Aux dires du WSJ,
la SEC et Elon Musk étaient parvenus à une transaction avant que ce dernier la
rejette, précipitant le dépôt de la plainte. La perspective d’un départ forcé du
PDG de Tesla depuis 2008 inquiète particulièrement les investisseurs, même
s’ils pénalisent le titre à chaque incartade de son capricant président, la
dernière étant une vidéo dans laquelle on le voit consommer de la marijuana.

To Top