Connect with us

(Dossier) ETF : ces instruments financiers qui ont la cote

l'evenement

(Dossier) ETF : ces instruments financiers qui ont la cote

Au cours des dix dernières années, les ETF (Exchange-Traded Fund, ou fonds négociés en Bourse) ont capté environ 90 % des flux d’investissement sur les marchés d’actions dans le monde. Aux Etats-Unis, ils représentent plus de 40 % des encours ( montant d’investissements qui ne sont pas encore arrivés à échéance) des fonds.

Un ETF est un instrument de placement négocié en bourse, similaire aux actions. La plupart des ETF sont des fonds indiciels à gestion passive qui suivent normalement un indice (le Nikei, le CAC 40, etc), des obligations ou encore un panier d’actifs. Les ETF sont des instruments de placement de plus en plus populaires depuis leur création en 1993, lorsque le State Street Global Advisors, conjointement avec l’American Stock Exchange, a développé et lancé le marché des ETF.

Le marché mondial des ETF a, par exemple, bondi de 34 % en 2017, avec une collecte record de USD 595 milliards, selon Lyxor International Asset Management, qui a compilé des données de l’agence américaine Bloomberg. Une exception : la collecte des ETF en matières premières a chuté à l’échelle mondiale, passant de USD 10 milliards en 2016 à moins de USD 4 milliards en 2017. Un repli qui s’explique principalement par la chute des cours des métaux précieux.

Alors que le portefeuille d’actions et d’obligations d’un fonds traditionnel est géré par une équipe « physique », les ETF reproduisent presque sans intervention humaine un indice ou un panier d’indices.« C’est pourquoi leurs frais de gestion sont nettement inférieurs à ceux des fonds traditionnels. En France, ils vont de 0,05 % à 0,35 % pour les indices larges comme le CAC 40, contre 1,8 % à 2,4 % pour les fonds actions à gestion active », soulignait Philippe Maupas, consultant chez Alpha Beta Consulting dans un entretien accordé il y a peu au journal Le Monde.

Et, grâce aux économies d’échelle générées par l’explosion de la collecte, les gestionnaires d’ETF ont pu réduire fortement leurs frais. « IShares, Vanguard et State Street détiennent 80 % de ce marché. En dépit de cette forte concentration, la concurrence est féroce et les frais continuent de baisser », devait poursuivre ce dernier.

Diversifier

Cotés en Bourse en continue, les ETF peuvent s’acheter (et se vendre) en quelques secondes, exactement comme une action. Ils permettent de diversifier son portefeuille : avec les ETF, il est possible de changer de stratégie en quelques clics, de réaliser des arbitrages entre une multitude de classes d’actifs : actions, obligations, devises, matières premières… Suivre les flux de collecte et les performances des ETF donne ainsi des indications précieuses sur ce qui est en vogue sur les marchés financiers.

Les ETF représentent un écosystème large et diversifié de par le monde. A Maurice, nous en comptons plusieurs : le CoreShares S&P 500 ETF, le CoreShares S&P Global Property 40 Index, le S&P GIVI South Africa Top 50 ETF, le MCB India Sovereign Bond ou encore NewGold ETF. Et chacun de ces ‘trackers’ ciblent des indices et marchés divers.

Par exemple, le S&P GIVI South Africa Top 50 ETF suit l’évolution du cours de l’indice S & P GIVI d’Afrique du Sud un indice conçu pour refléter une stratégie de bêta de substitution pour le marché sud-africain. NewGold ETF, pour sa part, a été conçu pour suivre le prix de l’or. Chaque titre NewGold équivaut à environ 1/100 once d’or détenue dans un stock sécurisé de lingots d’or avec le dépositaire de NewGold à la Barclays Bank PLC. le MCB India Sovereign Bond a, quant à lui, pour but de donner aux investisseurs des rendements à court terme réguliers par le versement de dividendes semestriels et une plus-value du capital à plus long terme, en reproduisant l’indice ZyFin India Sovereign Bond Liquid, qui suit le obligations liquides à taux fixe libellées roupies indiennes et émises par le gouvernement indien.

Un ETF peut sembler simple à comprendre et à codifier, en tant que tracker indiciel. Toutefois, il existe une multitude d’ETF qui sont plus ou moins risqués, en fonction des indices qu’ils reproduisent.

 Un ETF reproduisant un indice banal et très large, comme le MSCI Europe, est forcément diversifié, mais ce n’est pas toujours le cas avec des produits plus pointus. Par exemple, l’investisseur qui prendra le temps de se pencher sur la composition du MSCI Pérou s’apercevra que la principale banque du Pérou, « pèse » 68 % de cet indice, devant deux exploitants de mines de cuivre (32 %).

Les indices MSCI World et MSCI AC World, peuvent paraître banals, à la lecture de leur nom. Mais, dans le premier cas, il s’agit de l’indice des valeurs de 23 pays développés, alors que le second, 23 pays émergents ont été ajoutés, ce qui le rend nettement plus risqué que le premier. Donc, il s’agit de ne pas se tirer certaines conclusions qui peuvent s’avérer hâtives…

To Top