Connect with us

La Banque mondiale perd son numéro 1

Jim Yong Kim, patron de la Banque mondiale, a annoncé lundi 7 janvier qu’il rendrait son tablier dès le 1 er février, trois ans avant la fin officielle de son mandat.

L’internationale

La Banque mondiale perd son numéro 1

Selon ses propres termes, « le travail du groupe Banque mondiale est plus important que jamais ». Pourtant, Jim
Yong Kim, patron de ce mastodonte de l’aide au développement, a annoncé lundi 7 janvier qu’il rendrait son tablier dès le 1 er février, trois ans avant la fin officielle de son mandat.

L’Américain d’origine coréenne avait été promu en 2012 par Barack Obama pour présider l’institution sise à Washington et dont les Etats­-Unis, selon une tradition immuable, se réservent la direction. Reconduit en 2017, il était censé rester en poste jusqu’en 2022. Au lieu de cela, cet anthropologue, ancien médecin de brousse, indique
dans un communiqué qu’il ira rejoindre une « entreprise » pour se « focaliser sur les investissements
dans les infrastructures des pays en développement ».

Fruit d’un choix personnel, la démission de « doctor Kim » a suscité un « choc » au sein des équipes de la Banque mondiale selon une source proche de l’institution. Certes, sa présidence n’a pas toujours été un long fleuve tranquille. Un vaste chantier de réorganisation, doublé d’un plan d’économies lancé au cours de son premier
mandat, avait déboussolé les 15 000 agents du groupe. M. Kim n’en compte pas moins de belles victoires à son actif.

Défiance

Ainsi, sous sa houlette, la Banque mondiale a obtenu l’aval des Etats­-Unis pour boucler, en avril, une augmentation
de capital de 13 milliards de dollars. Une opération loin d’être acquise dans un contexte de forte défiance entre Washington et le système multilatéral.

Mais M. Kim, à l’origine proche de M. Obama, dont il fut un partenaire de golf, s’est efforcé de cultiver de bonnes relations avec l’administration Trump et notamment Ivanka, la fille du président. Son départ plonge dans l’incertitude
cette institution née des accords de Bretton Woods. Sous l’ère Trump, le monopole américain sur la direction de la banque risque de susciter de gros remous parmi les 188 autres pays membres. Surtout chez les émergents, prompts à critiquer un système dont l’Occident truste le leadership depuis plus de 70 ans.

Déjà, la Banque mondiale doit composer avec la rivalité sino­américaine et la volonté de Pékin de gagner en
influence sur la scène du financement du développement, y compris par le biais d’institutions concurrentes. La présidence par intérim sera confiée à Kristalina Gueorgieva, la directrice générale de la banque.

Source : Le Monde

To Top