Connect with us

ACP : une série de réunions regionales lancée

l'eco

ACP : une série de réunions regionales lancée

Le Secrétariat du Groupe des Etats d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (Secrétariat ACP) a lancé une série de réunions régionales ayant pour objectif principal :  l’Information, le Partage des connaissances et la Mise en réseau du secteur Privé ACP. Activité inhérente au cadre conjoint ACP-UE de Développement du Secteur Privé, ces événements sont organisés avec l’appui technique de Business ACP – La Plateforme de Développement du Secteur Privé ACP-, en étroite concertation avec la Commission Européenne. Cette démarche est particulièrement utile à ce stade, étant donné que plusieurs nouveaux projets intra-ACP et d’importantes facilités de financement du secteur privé sont en cours de lancement ou d’extension, notamment au titre du 11e Fonds Européen de Développement (FED) et du Plan d’Investissement Extérieur (PIE) de l’UE. Maurice accueille ainsi le premier atelier de partage d’informations et de connaissances du 14 au 16 mai.

Les objectifs principaux de ces événements sont :

  • fournir des informations détaillées sur les programmes intra-ACP de Développement du Secteur Privé (DSP), ceux liés au Plan Européen d’Investissement Extérieur (PIE), ceux gérés par la Banque Européenne d’Investissement (BEI) et d’autres facilités et programmes de l’UE destinés aux régions ACP
  • fournir une plateforme d’apprentissage et de partage d’expérience entre pairs en matière de Développement du Secteur Privé
  • assurer un degré élevé d’interaction entre les participants du secteur privé des pays ACP, ainsi qu’avec les agences de mise en œuvre et les parties prenantes UE, sous forme de réseautage et/ou de B2B en matière de financement, de commerce et de transfert de savoir-faire et de technologie.

 

Durant son allocution, le Sous-Secrétaire Général du Groupe ACP, Département Développement Economique Durable et Commerce, Viwanou Gnassounou, a souligné : « Personne ne peut vraiment nous dire ce qui est bon pour notre croissance et notre développement. Pour que cela se produise, nous avons besoin de l’ingéniosité de nos peuples, fortement enraciné dans la culture africaine, bâtissant sur l’histoire et portant le rêve et l’espoir d’une nation. C’est d’ailleurs ce que Maurice a démontré. Bien sûr, il ne faut pas parer le secteur privé de toutes les vertus. La stratégie adoptée d’appui au développement du secteur privé est de maintenir un dialogue entre les décideurs publics et les acteurs économiques privés afin que les instruments développés soient vraiment utiles pour accompagner la création de richesse et le développement dans nos pays. »

Cet événement régional est structuré en trois parties :  le premier jour est consacré à fournir des informations détaillées sur la manière dont le secteur privé peut bénéficier des facilités de financement intra-ACP/FED et EU ainsi que des programmes de Développement du Secteur Privé. Cinq sessions thématiques de partage des connaissances permettront aux participants d’apprendre entre pairs et experts et de discuter des opportunités et des défis du développement africain dans des domaines aussi fondamentaux que la réforme de l’environnement des affaires et la promotion des investissements, le développement de l’entrepreneuriat numérique, les modèles de financement des start-ups numériques, la transformation industrielle de l’Afrique, les énergies renouvelables et l’industrie 4.0.

Le Secrétariat du Groupe des Etats d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (Secrétariat ACP) a lancé une série de réunions régionales

 « Les ressources publiques ne sont jamais suffisantes pour mettre pleinement en œuvre les objectifs de développement durable (SDG). C’est pourquoi nous avons besoin du soutien du secteur privé. Nous explorons également de nouveaux moyens d’inciter le secteur privé à s’engager et à contribuer à la réalisation de ces objectifs », souligne, Michal Golabek, Chargé d’affaires, Délégation de l’Union européenne en République de Maurice et en République des Seychelles.

Le ministre des Infrastructures publiques et du Transport et celui des Affaires étrangères, de l’Intégration régionale et du Commerce international à Maurice, Nandcoomar Bodha, qui était présent lors de la cérémonie protocolaire, a tenu à préciser : « Nous avons toujours voulu à Maurice que le secteur privé soit le fer de lance des activités économiques et que l’état ait un rôle de facilitateur. Que cette conférence ait eu lieu à Maurice est extrêmement positif pour le pays. L’interface se faisait auparavant entre l’Union Européenne et les états, et c’est une très bonne initiative que cette synergie se fasse maintenant au niveau des institutions européennes et des opérateurs sur le terrain. A l’avenir, l’Union Européen pourrait, à travers des nouveaux accords, mettre en place des programmes pour faciliter l’accès au marché ou encore l’accès à l’investissement et ainsi permettre au secteur privé de jouer pleinement son rôle dans le développement des pays ACP. »

Outre les pays ACP, l’UE et les organisations régionales (SADC et COMESA), l’événement présente surtout l’avantage de réunir les acteurs du secteur privé (investissement, commerce/exportation, PME/PMI, incubateurs/accélérateurs de PME/PMI, réforme du climat de l’investissement, développement technologique et industriel, financement des MPME, etc.) des régions Afrique de l’Est et Afrique Australe qui, durant trois jours, pourront échanger leurs expériences et leur savoir-faire, et entamer un dialogue constructif afin de trouver des solutions aux challenges auxquels sont confrontés leurs pays. Les acteurs du secteur privé pourront ainsi confronter leurs visions et proposer des pistes de solutions et de réflexion aux organisations internationales également présentes ainsi qu’aux facilitateurs et programmes intra-ACP et de l’Union Européenne.

Continue Reading
Advertisement
You may also like...
To Top